Et puis j’ai un père

Certains l’ont connu et d’autres ne l’ont peut-être pas connu, mais ce père biologique a existé. Exactement comme il a existé, il a été choisi par votre destin. Pour votre destin, comme votre mère était la meilleure possible, votre père a été le meilleur possible. Ils étaient même les seuls possibles, et ils ont fait pour vous ce que leur destin et votre destin ont permis. Rien de plus, rien de moins. Ce père avait son propre destin. Cet homme que j’appelle ou que j’ai appelé mon père, papa, a son propre destin et il a été choisi pour moi. Est-ce que, lui aussi, je peux le prendre dans mon coeur et lui dire simplement merci d’avoir été l’instrument choisi pour mon destin ? S’il n’avait pas existé, je n’existerais pas. Aucun autre n’aurait pu faire ce qu’il a fait.
 

Un parent ne peut pas transmettre ce qu’il n’a pas reçu de son père ou de sa mère

Quand un enfant rejette un parent, c’est qu’il s’est passé dans cette famille un événement qui a conduit à ce rejet. Par exemple : "Mon père était trop dur", reproche l’enfant. Si on examine la situation de plus près, on voit que le père a été blessé, peut-être même par son propre père, et qu’il n’a pas intégré cette blessure ; il ne pouvait donc pas faire mieux avec ses enfants que ce qu’il a fait… Peut-être que ce problème se répercute à travers les générations. Il s’agit là encore de la force du destin. Si on réfléchit un peu plus loin et qu’on observe ce qui se passe, on se rend compte qu’il s’agit toujours, sans exception, d’un problème de séparation ou de mort. Tout est séparé un jour ; tout le monde meurt un jour ;

et la plupart des séparations et des morts sont intégrées. Lorsqu’elles ne sont pas intégrées, lorsque le deuil n’est pas fait, naissent des troubles, des intrications et des attitudes douloureuses. Ajoutons que les morts et les séparations douloureuses dont il s’agit là sont souvent des morts et des séparations prématurées.
C’est la raison pour laquelle, souvent, quand la force est bloquée à un endroit de la lignée, les descendants ne peuvent pas en profiter non plus : un parent ne peut pas transmettre ce qu’il n’a pas reçu de son père ou de sa mère. Ce qu’il transmettra sera un succédané qui ressemblera à une force, mais la vraie force ne pourra pas s’écouler et à un moment ou un autre de la vie de l’enfant, ce manque va se manifester.
Lorsque les séparations et les morts sont intégrées, le flux de la vie, de la mort ou de l’énergie se fait. Grâce à une constellation familiale, nous pouvons rééquilibrer énergétiquement, émotionnellement et peut-être spirituellement, ces champs de forces.
L’expérience des constellations montre que si le lien est rétabli avec son passé, on n’est plus lié à lui (au sens de "pieds et poings
liés"), mais libéré : on vit sa vie actuelle avec un sentiment de libération.